Douce Routine.

Je suis un Papa.
Je suis un Père.
Je suis un Compagnon.
Je suis un Travailleur.
Je suis Chiant.
Je suis Marrant.

Ces rôles sont la Douce Routine du quotidien.
La Danse lutine du matin, accompagné du doux ballet enfantin.
Ces rôles, nous les endossons toutes et tous, selon la scène de vie où nous devons naviguer.
Des rôles attendus par la société, notre famille, nos amis…nos enfants.

Nous sommes tour à tour des Hommes, des hommes, des femmes, et puis un beau jour, vous devenez…

des mamans.

…et nous, des papa, grâce à vous.

Nous devrons, à ce chapitre de notre existence, apprendre à être ensemble mères et pères, et développer l’égide de l’autorité parentale.

Nous devrons également nous éduquer à une vigilance quotidienne sur nos fonctions de conjoints, maris, compagnes ou concubins… mais qu’importe l’élément du langage employé.

Tous ces termes sont dénaturés de la saveur initiale et si complexe qu’ils sont censés représenter : l’amour, l’attraction et son cocktail chimique et émotionnel qui a créé ce petit bout de vous.

L’édifice si fragile d’une juxtaposition de cellules qui forment le quotient de votre addition génétique. 

Ce nouveau Vous, devant vous.

un enfant heureux est un enfant super heros avec des super pouvoirs au quotidien. Ce n'est pas une routine !

De l’aube au crépuscule, en passant par le Zénith et le Nadir, notre adaptation aux micros changements du quotidien de l’enfant feront de vous le futur parent.

Et avec l’âge, nous changerons alternativement dans un vestiaire mental de chaque instant. d’une veste rêche et colérique, à une étole souple et bienveillante, en passant par un survêtement de lâcher-prise.

Chacun de ces rôles sera intrinsèquement lié à chacun des autres, dans un maillage psychologiquement si fin qu’il se perdra souvent dans des comportements et des décisions paradoxales.

Regards

L’œil de la Mère et du Père, présents pour le cadre, seront différents du regard de la Maman et du Papa qui apporteront tendresse et affection.

Nous regardons le monde selon les yeux du rôle que nous endossons.

Ces yeux, ce regard, frontière physique entre la réalité et notre représentation de celle-ci, est façonné initialement par les regards de notre propre histoire parentale.

Les yeux de nos mères, elles-mêmes ayant été enfants, ont absorbé de leurs propres parents les premières « manières de voir » le monde, façonnant ainsi la palette de leur compréhension universelle.

un regard d'enfant est une porte sur le sens de la vie. Un oeil vert, bleu et des cheveux blonds. La routine parentale
“La beauté est indissociable du regard de celui qui voit.”

À notre tour, et selon les yeux que nous utiliserons, nous verrons nos journées sous un œil différent.
De l’œil anxieux au regard optimiste, seule notre conscience étiquètera la neutralité objective de notre réalité quotidienne.

Pourtant, ces journées font le bonheur de toutes les autres, dans une constance que beaucoup appellent la routine.

Et nous, hommes, de l’aurore au crépuscule, nous alternons entre ces rôles de pères, de papas, de tout ces personnages…parfois ces acteurs.

Où la nécessité du biberon matinal fait de nous des pères.
Où le soutien, l’affection et le sourire font alternativement de nous des compagnons, des maris, des papa, ou des hommes. 

À l’heure 

Dès l’aurore, nous parents, nous nous devons d’être au rendez-vous de l’humour, de l’imagination et des jeux. 

À l’instant où les petits yeux s’ouvrent, prêts à tout dévorer avec autant d’appétit pour savourer le monde que pour engloutir leurs petits déjeuners, notre rôle est déterminant.

Quant au Psychologue que je suis, il dort encore, subtilement réfréné par une torpeur matinale où personne ne le sollicite encore.
Entre règles et plaisirs, ma volonté consiste à contenter chaque matin les trois piliers humains de ma voûte vitale. 

Une voûte dont je souhaite chaque jour d’en être la clé indispensable à son équilibre quotidien : « le Super-Heros de la famille c’est moi ! ».

Pour autant, le chemin est long pour appréhender la saveur de ce déséquilibre permanent mais si parfait que représente une famille dans son quotidien.

des mains d'enfants levées vers le ciel avec de la peinture : la routine de la joie, le jeu et vive la vie les enfants !
“La main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit.”

L’équilibre, lui, naît de ces oscillations permanentes, formant l’ébauche de la trajectoire développementale infantile.
Ces deux petits êtres, cette femme, sont l’édifice merveilleux de mon vivre-ensemble. 

Nos deux petits passagers, « voyageurs de première classe à destination d’Indépendance », occupent la quasi-totalité de l’espace-temps de notre couple. 

Un couple parmi tant d’autres, qui se croise subrepticement, échangeant autant de mots que de regards, dans le ballet matinal chorégraphié par les nécessités infantiles de chacun. 

Nous devenons alors les chefs d’orchestre de ces petits musiciens de vie que nous éduquons,. Maestros sur les partitions que nous réécrivons chaque jour afin d’en maîtriser toutes les notes.
Notes et sonorités situés sur une seule portée : 

Celle des enfants hyperphages d’amour et d’attention.

Amour

Chaque jour, chaque minute compte. Que ce soit dans l’expectative d’un départ réussi, et donc d’une arrivée ponctuelle – forcément – ou dans une volonté d’optimiser chaque seconde passée avec ces petites personnes, nos choix, mots et comportements ne sont que le reflet du fantasme de ces futurs adultes que nous souhaitons façonner. 

Mais…Si bienveillante soit-elle, aucune volonté parentale ne peut faire l’économie de l’urgence, de l’imprévu, d’une colère, d’une tâche de chocolat ou d’un pipi mal négocié.

L’émotion l’emporte alors – et nous avec – dans une colère… colère parente et sa filiation si connue de chaque parent : la culpabilité.
Colère du parent qui n’obtient pas le contrôle et l’autorité sur son enfant.

Une colère culpabilisante, projetant une peur interne et dysfonctionnelle, pouvant hypothétiquement marquer le lien de filiation, source de toutes les peurs.

Mais c’est aussi le Psy, qui peine parfois à appliquer ses propres préceptes, pourtant si souvent transmis à celles et ceux qui lui font confiance.

De ces couplets si répétitifs naissent l’exquise fragrance de la vie parentale.

Parfois amer, souvent si souple, merveilleusement ravissante et changeante.

Puis viendra le temps de l’éducation, celle-ci nationale, obligeant chaque parent à une délégation de règles, du partage de regards. Une perte de contrôle indispensable, inévitable sur cette trajectoire que nous souhaitions pour toujours maîtriser.

La Vie

Mais cette école, à chaque ascension, nous fait laisser notre « bout-de-moi » constitutif de ce tout devenu indispensable à notre existence.

Nous y laissons  une modeste partie de nous, future entité propre…

Et nous redevenons des humains, des individus…ou personne.

Une personne parmi d’autres, pour un rôle de quelques heures, avant de retourner sur la scène du meilleur spectacle de notre vie.

Notre famille.

un café, un chocolat, la routine exquise du quotidien
Youpi Matin !
Papa-Psy
"Papa-Psy" c'est lui. Il est souvent Psychologue et parfois Créatif/Graphiste. Il est Co-fondateur du Centre Thérapeutique "Sur un Nuage" avec une Maman-Psy, avec qui il partage sa vie et leurs deux enfants.

À lire aussi

Rejoignez-moi !

À Découvrir

une thérapie pour ressusciter de ses traumatismes

Secret de Psy – VALENTINA

Malgré que ma pratique fasse partie des thérapies brèves, il arrive que nous ayons à suivre des patients pendant plusieurs mois,...
un enfant heureux est un enfant super heros avec des super pouvoirs

Douce Routine.

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.